«

»

Torchwood – Saison 1 – 2006

Titre : Torchwood
Titre en VO : Torchwood (2006)
Date de 1ère Diffusion VO : 22 octobre 2006 (BBC One)
Date de 1ère Diffusion VF : 12 octobre 2007 (Syfy)
Genre :  Science-fiction / Thriller
Pour qui : À partir de 15 ans
Nombre d’épisodes : 13
Avec : John Barrowman (Capitaine Jack Harkness), Eve Myles (Gwen Cooper), Burn Gorman (Dr Owen Harper), Naoko Mori (Toshiko Sato), Gareth David-Lloyd (Ianto Jones), Kai Owen (Rhys Williams)
Pour commander (Amazon) : ici

Résumé d’après Allociné : À la tête de l’organisation Torchwood de Cardiff, le capitaine Jack Harkness et son équipe utilisent les technologies extra-terrestres pour venir à bout de problèmes qui dépassent le gouvernement et la police. Unis, ils se battent pour le futur de l’humanité. Car c’est au 21ème siècle que tout va se jouer…

 

L’Avis de MissWho : 8/10

Pour les Whovians, ce qui suit devrait vous intéresser. Je vois d’ici vos yeux pétiller si comme moi, vous êtes tombés sous le charme du Capitaine Jack Harkness, un personnage qui a fait son apparition près du Tardis au cours de la première saison de Doctor Who.

Après avoir été ressuscité et abandonné par le Docteur dans l’espace, on se demandait ce qui pouvait bien lui être arrivé. Ce n’est pas compliqué, les producteurs ont décidé de créer une série rien que pour lui. Voici donc comment Torchwood est né ! À noter qu’il s’agit d’une anagramme de Doctor Who. Le terme Torchwood avait d’ailleurs été malicieusement glissé par-ci par-là au fil des deux premières saisons de Doctor Who, et nous en entendons parler plus précisément lors d’un épisode consacré à la Reine Victoria. Mais chut.

Ne vous attendez pas à retrouver une copie de Doctor Who, le ton n’est pas du tout le même. Il se veut plus sérieux et plus psychologique, même si le dénominateur commun reste les aliens.

L’institut Torchwood, c’est donc une organisation secrète britannique basée à Cardiff, car la ville est construite sur une faille spatio-temporelle, permettant aux petits hommes verts de jouer les touristes à tendances plutôt destructrices. C’est lors de l’une de ses interventions que Gwen, une policière, découvre l’existence de cet institut spécial, pour finalement l’intégrer.

C’est vraiment très agréable de prendre le train en marche avec un personnage qui découvre cet univers étrange. Tous les protagonistes sont sympathiques, ils ont un jeu des plus appréciable, ils n’en font pas des tonnes (merci la british touch). Les épisodes, en eux-mêmes, sont bien rythmés, le scénario se renouvelant sans cesse.

Il y a tout de même quelques petites choses que je reproche à cette saison un. La première, c’est qu’il y a beaucoup de coucheries/amourettes entre les membres de l’équipe, ce qui fait que des fois, ça manque de crédibilité. Ceci dit, cela peut s’expliquer par le fait qu’ils vivent tous dans un microcosme fantastique, et qu’ils doivent garder le secret sur leurs activités. Cet aspect-là est très bien amené grâce à la relation entre Rhys et Gwen, que celle-ci tente de préserver. D’ailleurs, en parlant de Gwen, entre nous, le courant n’est pas très bien passé. J’ai eu du mal à comprendre ce que tous les hommes lui trouvaient et à situer sa fonction au sein d’une équipe de spécialistes. Il y a également une perte de vitesse en milieu de saison, car on s’éloigne un peu de l’aspect surnaturel dans les enquêtes, on persiste pourtant à chercher un lien, qui n’existe pas, avec le fil conducteur de la série.

À force de s’intéresser aux membres de l’équipe, on en oublierait presque ce bon vieux Jack, toujours présent lorsqu’il s’agit de les soutenir. C’est un personnage très complexe, plus grave que dans Doctor Who. Il est capable de beaucoup de légèreté, et n’hésite pas à user de son potentiel de séducteur. On ne sait quasiment rien de lui, il faudra attendre la seconde saison pour en savoir plus, beaucoup plus !

Sachez que la série n’a pas froid aux yeux, car elle explore sans pudeur les relations hétéro ou pas. Cela contribue à renforcer le réalisme, qui est un peu la marque de fabrique de ce dérivé.

C’est donc une série que je recommande à la fois aux Whovians qui apprécieront de retrouver Jack, qui n’a pas oublié notre Docteur (…), mais aussi aux anti Doctor Who qui sauront apprécier la touche de sérieux dans ces enquêtes, qui explorent l’humanité dans ce qu’elle a de meilleur ou de pire.

Pour acheter le dvd de la saison sur notre boutique Amazon cliquez ici.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/torchwood-saison-1-2006/