«

»

Star Wars VII : Le Réveil de la Force, J.J. Abrams

 star wars 7Titre : Star Wars VII : Le Réveil de la Force
Titre en VO : Sar Wars VII : The Force Awakens
Date de sortie : 16 décembre 2015
Durée : 2h15
Réalisé par :  J.J. Abrams
Genre :  Action, Aventure, Science-fiction
Pour qui : A partir de 10 ans
Avec : Daisy Ridley (Rey), John Boyega (Finn), Oscar Isaac (Poe Dameron), Adam Driver (Kylo Ren), Harrison Ford (Han Solo), Carrie Fisher (Princesse Leia),  Mark Hamill (Luke Skywalker), Lupita Nyong’o (Maz Kanata)

Pour commander :

Résumé :

Trente années après la destruction de l’Étoile de la mort, Luke Skywalker, le dernier Jedi en vie, a disparu. Le Premier Ordre, né des ruines de l’Empire Galactique, fouille la galaxie pour le retrouver, tout comme la Résistance, une force militaire tolérée avec bienveillance par la Nouvelle République, régime faible dépourvu d’armée. À la tête de la Résistance se trouve la sœur jumelle de Luke, la générale Leia Organa.

Le pilote Poe Dameron est envoyé sur la planète Jakku pour mettre la main sur une carte permettant de localiser Luke, cachée par un vieil homme, Lor San Tekka. Celui-ci lui remet la carte au moment où le village est attaqué par les troupes du Premier Ordre, menées par le Capitaine Phasma et Kylo Ren, un puissant guerrier qui utilise le côté Obscur de la Force et qui ordonne l’exécution de tous les villageois. L’un des stormtroopers, matricule FN-2187, panique et refuse de faire feu. Avant de se faire capturer, Dameron dissimule la carte dans son droïde BB-8, qui s’échappe à travers les dunes de la planète désertique et tombe finalement sur une pilleuse d’épaves solitaire, Rey.

Note Globale : 5,5 / 10

!! ATTENTION : Les avis contiennent des révélations sur l’intrigue !!

 

L’avis de LouisGray : 6/10

Il pourrait bien être le film le plus attendu de 2015 et je dois avouer que je l’attendais avec impatience et fébrilité. Et je préfère annoncer la couleur tout de suite, je suis un peu déçu. Pourtant, je suis allé le voir le jour de sa sortie avec une attente importante.

Mais avant de parler de ce qui fâche, on va quand même distribuer quelques bons petits points. En premier lieu, retrouver l’univers de Lucas est un plaisir, avouons le. Dès que le logo de Lucas Film et le célèbre générique défilant de la saga s’affichent, le silence dans la salle devient presque religieux. La dernière fois que j’ai vécu un moment comme celui là, c’était pour la sortie du tout dernier Harry Potter. Mais c’est là que ça coince. J’ai trouvé le pitch du début complètement bof. D’ordinaire, dans mes souvenirs, on avait droit à un ‘récap’ presque politique. Cette fois, c’est mièvre, et nous donne juste quelques infos sur les personnages. J’ai été moins emballé.

Cependant, 32 ans après l’épisode VI, on retourne à bord du Faucon Millenium, on y retrouve Han Solo, Chewie, Leia et d’autres. C’est plaisant. Vraiment plaisant. Mais ça s’arrête là. Les personnages qu’on adore apparaissent les uns après les autres d’une façon que l’on devine, en grande pompe. C’est à peine si on entend pas les roulements de tambour et les trompettes quelques instants avant… Mais bon, passons.

Visuellement, ce nouveau volet de Star Wars a de la gueule, il faut bien le dire. Notamment lorsque l’on accole le VI et le VII. Forcément me direz-vous, vu qu’ils sont séparés de 32 ans. Oui, mais quand même. On voit bien la volonté de conserver le style de ces derniers volets tout en apportant une nouvelle touche de modernité. Mais ça ne passe pas pour moi. Je persiste à trouver un gros décalage entre les I, II, III et les IV, V, VI que le VII rend encore plus important. Ca marche pas.

Cependant, nous avons trois nouveaux personnages très intéressants (quatre devrai-je dire), qui sont Finn (dont je déplore l’absence de charisme malheureusement), Rey (dont on ne peut pas ignorer qui elle est réellement quand on est suffisamment à l’aise avec cette saga) et Poe Dameron (que j’ai trouvé davantage doué de charme). A ça, on ajoute le nouveau droïde BB-8 qui nous apporte ce que nous apportait RD-D2 à l’époque, j’entends par là cette petite touche d’humour et de « mignonitude ».

Voilà pour le côté positif. Maintenant, je vais passer aux négatifs :

Tout le film est comme un remake de l’épisode VI – avec un peu des épisodes précédents – , pour moi, il n’y a aucune recherche pour en faire quelque chose de différent. Une étoile de la mort dopée aux stéroïdes, un plan identique pour la détruire, une scène sur un pont/passerelle qui nous rappelle clairement une scène opposant Vador et Luke, un droïde qui cache des plans (Leïa a donc inspiré du monde dans cette galaxie). J’en passe…

Parlons tout de même de notre méchant… Le remplaçant, successeur, de Dark Vador… Kylo Ren. Bon, son identité réelle est assez vite révélée et elle m’a plutôt enthousiasmé (j’ai quand même espoir qu’on en apprenne davantage sur les raisons de tout cela), mais doux jésus qu’il manque de charisme ce mec. Torturé certes, mais à partir du moment où il retire son casque, il n’est plus du tout crédible. A l’instar d’Anakin qui devient Vador, le méchant devient plus terrifiant avec un casque. C’en était pareil pour Kylo Ren… Quelle bêtise de lui avoir retiré son masque aussi tôt dans le film. Il a perdu le peu de sentiment d’effroi que l’on avait pour lui. (Info : dans la salle, il y a eu des murmures désapprobateurs à cet instant précis).

Bon, je ne vais pas vous faire un long détail sur tous les points négatifs car je ne veux pas spoiler. Mais en gros, ce nouvel opus est une légère déception – qui ne m’empêchera pas d’aller voir les suivants, à n’en pas douter. Puisque « malheureusement » Star Wars fait partie de mon enfance et que je ne pourrais jamais rater ça. Mais pour moi, ce n’est pas du tout à la hauteur de mes attentes et des promesses de cette nouvelle trilogie. La note finale revient à Mark Hamill qui a du galérer à apprendre son texte… J’ai hâte de le voir dans le rôle qui devrait être le sien dans les deux prochains. Un mélange entre Obi-Wan et Yoda. Luke a intérêt à être à la hauteur de nos attentes cette fois.

L’avis de JackHarkness : 5/10

Star Wars VII : le Réveil de la Force sonnait comme une piqûre de rappel à une madeleine de Proust qui avait tendance à s’effacer avec le temps. J’attendais avec une grande impatience ce nouvel opus. Depuis un certain temps, la promo savamment orchestrée faisait accroître mon avis. Mais j’ai été douché, et j’ose le dire : Star Wars VII est la plus grosse et la plus lucrative arnaque du siècle.

La Résistance, toujours sur le pied de guerre, essaye d’éradiquer le Premier Ordre, organisme né sur les ruines de l’Empire dont le seul dessein est d’anéantir la République, fraîchement restaurée. Mais voilà, Luke Skywalker a disparu (comment ? pourquoi ?) et la Résistance le recherche, car il reste le seul rempart pour vaincre le Premier Ordre.  Sur une planète désertique, le meilleur pilote Poe Dameron de la Résistance vient de découvrir une carte, donnant la position exacte de Luke. Mais il se fait attaquer par Kylo Ren et l’armée du Premier Ordre, perdant ainsi sa précieuse information. Sur la même planète, la jeune Rey retrouve le droïde BB-8 de Poe et décide de le rendre à la Résistance.

Quoi ? Cela vous semble être du déjà-vu ? Oui, normal. Je vais vous expliquer.

Commençons par les points positifs. Ils  se limitent aux effets spéciaux, excellemment bien réussis donnant un sublime côté artistique au film, et la musique toujours signée par John Williams, celui-là même qui avait composé les autres longs-métrages. A cela, rajoutons les trois nouveaux personnages qui apportent de la fraîcheur. Rey, la jeune fille, est dynamique et ingénieuse. Finn est un peu fougueux et gaffeur. Quant à Poe Dameron, il est le casse-cou et le sarcastique de la bande. L’alchimie prend bien entre eux ainsi qu’avec les anciens avec une passation de pouvoir tout en douceur.

Après niveau scénaristique, c’est la débandade. J.J. Abrams ne s’est pas trop foulé le poignet pour l’écriture. Il nous livre un best-of des 6 premiers épisodes, rien que ça ! Dieu merci, il nous épargne Jar Jar Binks et les Ewoks. Le seul élément sympathique c’est le nouveau droïde, BB-8. Il apporte une jolie touche comique à ce film sans saveur.

Sinon, pour le reste, c’est du réchauffé, mais en version XXL avec une Etoile de la Mort gigantesque et un plan d’attaque pour éradiquer le mal et des situations qui ont des airs de déjà-vu. Même l’introduction des personnages emblématiques qui reviennent pour notre plus grand plaisir (Han, Leia, Luke) est trop maladroite et convenue.  L’intrigue, pâle copie des épisodes I et IV, ne casse pas trois pattes à TS-TT, laissant une myriade de questions dont nous n’aurons, sans doute, jamais les réponses. Quant aux rebondissements, ils ne sont pas exceptionnels et assez attendus.

Je vais passer sur la réalisation de J.J. Abrams qui nous fourre systématiquement ses effets de caméra et ses plans rapides. Il faudrait qu’il évolue un peu. Cela devient lassant.

Le méchant Kylo Ren, se voulant pour Abrams une sorte de Dark Vador 2.0, n’a aucun charisme. Il ne ferait pas trembler une gelée anglaise. Son identité est révélée beaucoup trop tôt, laissant un léger goût amer. Dès lors, le film est fade et convenu, et on se prend à deviner la suite. C’est vraiment dommage. Même LA scène, outrageusement copiée à une autre de la saga, qui aurait pu être poignante, horrible et déchirante fait pschitt. Gageons que pour les deux autres opus, le scénario prenne un peu plus de crédibilité. Mention spéciale à Mark Hamill et son interminable dialogue (non, c’est de l’ironie). Là encore, on devine la suite. Dommage.

Bien sûr, les fans de la première heure diront que ce film est une pépite, truffée de références et de clin d’œil aux 6 autres épisodes. Pour moi, le fan service est trop omniprésent pour que j’y adhère complètement.

En conclusion, Star Wars VII : le Réveil de la force est la plus grosse arnaque scénaristique du siècle, avec de-ci, de-là, quelques bonnes idées.

bande-annonce : 

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/star-wars-vii-le-reveil-de-la-force-j-j-abrams/