«

»

Rose morte, Tome1, La Floraison, Céline Landressie

rose morte milady

Titre: La Floraison
Saga: Rose Morte
Nº du tome: 1
Auteur: Céline Landressie
Date de sortie: 01/04/2012
Éditeur: Les Éditions de l’Homme Sans Nom
Réédition : 20/03/2015 chez Milady
Genre: Romance Paranormale, Bit-lit
Pour qui: À partir de 15 ans
Pour commander (Amazon) :Cliquer Ici

Résumé:

France, fin du XVIe siècle.

C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d’Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle…

L’avis de Dr M : 8/10

Lord Edmund Greer et sa femme quittent l’Angleterre pour la France. Vingt-huit ans plus tard, nous retrouvons Lady Eileen Greer. La jeune demoiselle préfère qu’on l’appelle Rose. Son père lui annonce qu’elle doit se fiancer. Elle doit le rencontrer lors d’un bal à Paris. Mais, grâce à sa meilleure amie, Charlotte, elle va réussir à rester célibataire. Elle va rencontrer un jeune homme très troublant qui va la conduire sur un chemin dont elle ne soupçonnait même pas l’existence.

Le roman démarre assez lentement. L’histoire débute peu après la signature de l’Édit de Nantes. La confrontation entre protestants et catholiques se dessine en toile de fond. Le roman n’est pas du tout un livre d’histoire, mais il s’insère habilement dans une période historique assez compliquée. En effet, Lord Greer participe en secret à la tentative de renversement du roi de France. On sent que l’auteure maîtrise son sujet. Sa fiction se mélange avec élégance à la grande histoire.

Sa plume est fluide. Céline Landressie arrive à donner à son roman un ton XVIe siècle sans pour autant parler comme Corneille. Certaines tournures sont plus soutenues, ce qui aide à rendre l’atmosphère crédible.

Le personnage d’Eileen où Rose est vraiment assez atypique pour l’époque où elle évolue. Elle ne rentre absolument pas dans le moule de la demoiselle en détresse. Elle veut prendre son destin en main. Elle reste cependant tout à fait crédible et ne s’effacera pas devant son amant.

Artus est mystérieux, séduisant, charismatique et attirant. C’est sans doute dû à son état. On souhaite le découvrir toujours plus, même s’il ne fait pas toujours preuve de grande gentillesse et est parfois un peu égocentrique.

L’histoire d’amour entre Rose et Artus de Janlys nait à un moment compliqué. Il entraînera la jeune femme à la découverte des véritables activités de son père. C’est à partir de ce moment que l’intrigue gagne en importance. Le rythme s’accélère.

Côté vampire, ils sont divisés en quatre grandes familles. Les caractéristiques ne sortent pas vraiment du lot si ce n’est qu’une fois transformée on a les capacités de son créateur voire plus avec un peu de chance. Les « lamies » sont les grands ennemis. Ce sont des vampires qui n’hésitent pas à tuer leurs semblables.

Même si au début, on peut douter, on finit par se laisser prendre au jeu. On enchaîne les pages sans s’en rendre compte, malgré un démarrage un peu lent.

En résumé, c’est un bon premier roman que je comparerais à un diesel. Je le conseille, car je trouve que c’est un livre qui mérite d’être lu. L’auteure apporte un œil neuf sur le passé en y incluant habillement des créatures à crocs.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/rose-morte-tome1-la-floraison-celine-landressie1/