«

»

Les Chroniques d’Oakwood, Dans l’Ombre de la Demoiselle, Marianne Stern

les  chroniques d'oakwood dans l'ombre de la demoiselle Marianne SternTitre: Les Chroniques d’Oakwood, Dans l’Ombre de la Demoiselle
Auteur: Marianne Stern
Date de sortie:02/01/2013
Éditeur: Éditions du Chat Noir
Genre: Dark Fantasy
Pour qui: À partir de 15 ans
Pour commander (Amazon) : Cliquer ici

Résumé :

Oakwood, son église, sa grange abandonnée, ses tavernes, son cimetière. Et ses sorcières, au grand dam des prêtres qui se succèdent sans parvenir à éradiquer les diableries.

Lorsque la nuit tombe, les ombres s’étirent et drapent le hameau d’un manteau de noirceur, laissant à la lune le soin d’épier les plus sombres desseins. Cruelles malédictions et engeances démoniaques arpentent alors librement les rues aux faveurs de l’obscurité ; mieux vaut ne pas s’attarder en-dehors des logis, au risque de rencontrer la Mort au détour d’une bâtisse.

Pourtant, le vieux cimetière attire bien des convoitises… Certains affirmeront avoir aperçu la lueur chétive d’une lanterne au détour d’une tombe, d’autres diront avoir entendu des hurlements déchirants briser la torpeur nocturne. Les plus folles rumeurs circulent au village, mais ses habitants s’accordent à dire qu’il ne se trame rien d’anormal.

Entre spectres, pentacles, corbeaux et cadavres, quelques téméraires se risquent toutefois à des errances en solitaire. L’un en quête de l’être aimé, l’autre animé par une vengeance inassouvie, ou tout simplement, à la recherche du repos éternel. Or tous ignorent que dans l’ombre, la demoiselle d’Oakwood veille…

L’avis de Dr M 8/10 :

Lynn, le père Matthew, Lizzie, Mary, Tom, Larry … habitent tous à Oakwood. Nous sommes dans les années 1600. La sorcellerie est traquée. Tous les habitants recherchent quelque chose : l’amour, se venger… Ils finiront par rencontrer la demoiselle d’Oakwood…

Marianne Stern fait de ce recueil de nouvelles un véritable petit roman. Elle nous raconte la vie des habitants d’Oakwood. Le fil conducteur étant la Demoiselle, l’auteure nous invite à découvrir des tranches de vie.

Le style est très poétique, sombre et mélancolique. Le mélange donne un résultat assez époustouflant. Lorsqu’on sort de la lecture, on ne peut s’empêcher de se sentir triste. Il faut dire que l’auteure fait vivre à ses personnages des aventures qui ne sont pas forcément très heureuses.

Il ne faut pas rechercher de l’action dans ce roman, ce n’est pas ce que vous trouverez. On s’attache à ce que ressent chacun des intervenants.

La galerie des personnages est riche. Mais en peu de page, Marianne Stern arrive à leur donner beaucoup de profondeur. En effet, si on lit chacune des nouvelles individuellement, elles ont un début et une fin. J’ai beaucoup aimé Lynn, mais aussi le père Matthew. Chacun dans un registre très différent est touchant.

J’ai beaucoup aimé le traitement fait à la sorcellerie. Marianne Stern ne traite pas le thème en utilisant des pouvoirs à outrance. Tout est fait par parcimonie, comme les histoires que l’on peut entendre. Et, le fait que l’histoire soit racontée au XVIIe siècle, nous fait penser `l’ambiance qui régnait au temps de Salem.

En résumé, Les Chroniques d’Oakwood est un livre poétiquement mélancolique. On a maintenant envie de lire autre chose de Marianne Stern.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/les-chroniques-doakwood-dans-lombre-de-la-demoiselle-marianne-stern/