«

»

Le Hobbit : La Désolation de Smaug, Peter Jackson

Le-Hobbit-la-Desolation-de-Smaug-Affiche-1-FranceTitre: Le Hobbit : La Désolation de Smaug
Titre VO : The Hobbit: The Desolation of Smaug
Réalisateur: Peter Jackson
Date de sortie: 11/12/2013 (France) – 13/12/2013 (Québec)
Durée : 2h41
Genre: Fantastique
Pour qui: À partir de 10 ans
Avec : Ian McKellen (Gandalf le Gris) ; Martin Freeman (Bilbon Sacquet) ; Richard Armitage (Thorin) ; Ken Stott : (Balin) ; James Nesbitt (Bofur) ; Sylvester McCoy (Radagast) ; Hugo Weaving (Elrond) ; Aidan Turner  (Kíli) ; Billy Connolly (Dáin II) ; Bret McKenzie (Lindir) ; Dean O’Gorman (Fíli) ; Graham McTavish (Dwalin) ; Barry Humphries (Bolg) ; Benedict Cumberbatch (Smaug / Le Nécromancien ), Evangeline Lilly (Tauriel), Orlando Bloom (Legolas), Luke Evans (Barde).
Pour commander (Amazon) :

Résumé: d’après Allociné

Les aventures de Bilbon Sacquet, paisible hobbit, qui sera entraîné, lui et une compagnie de Nains, par le magicien Gandalf pour récupérer le trésor détenu par le dragon Smaug. Au cours de ce périple, il mettra la main sur l’anneau de pouvoir que possédait Gollum…

L’avis de JackHarkness : 7/10

Nous retrouvons Bilbon Sacquet avec sa tribu de nains qui doivent rejoindre la Montagne Solitaire afin de dénicher dans la tanière du Dragon Smaug l’ Arkenstone.

Je dois dire que ce film est plus intéressant que le précédent, même si, encore une fois, je déplore la longueur. 2 h 41 et en 3D, Peter Jackson a sans doute vu trop grand.

L’histoire se tient bien. Il y a beaucoup de rebondissements, qui, hélas, se succèdent trop rapidement. C’est tout le paradoxe de ce deuxième volet. Des scènes de dialogue qui ne servent à rien ralentissent le rythme imposé par la succession des plans de combats. Le suspense est au rendez-vous avec, en prime, quelques petites frayeurs disséminées un peu partout.

Les décors et les images de synthèse sont admirablement bien réalisés, à l’instar du dragon Smaug et des Mines des Nains.

Niveau interprétation, Ian McKellen joue formidablement bien, tout comme Evangeline Lilly dans le rôle de l’Elfe de la Forêt Noire, Taurel. Orlando Bloom est de retour dans le rôle qui l’a révélé au public, celui de Légolas. Comment vous dire… Comme Cate Blanchette dans le premier opus, on sent que 10 ans sont passés entre la précédente trilogie et celle-ci. Il donne l’impression d’avoir dévoré une dizaine d’Orques tellement qu’il est devenu joufflu. Quant à Martin Freeman, alias Dr Watson dans Sherlock, il est génial, tout comme Benedict Cumberbatch qui prête sa voix au dragon et au Nécromancien.

La douce musique de Howard Shore nous berce agréablement. Les différents thèmes connus jalonnent l’histoire pour notre plus grand plaisir.

En conclusion, Le Hobbit : la désolation de Smaug est un bon film d’action qui me réconcilie avec les adaptions de Peter Jackson.

Bande-annonce : 

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/le-hobbit-la-desolation-de-smaug-peter-jackson/