«

»

Jurassic World, Colin Trevorrow

jurassic_world_affiche_02Titre :  Jurassic World
Titre en VO : Jurassic World
Date de sortie : 10 juin 2015
Réalisé par :  Colin Trevorrow
Durée : 124 min
Genre :  Action, Aventure, Science fiction
Pour qui : A partir de 10 ans
Avec : Chris Pratt (Owen Grady), Bryce Dallas Howard (Claire Dearing), Ty Simpkins (Gray), Nick Robinson (Zach), Irrfan Khan (Patel), B.D. Wong (Dr Henry Wu), Omar Sy (Barry), Jake M. Johnson (Lowery), Judy Greer (Karen), Vincent D’Onofrio (Vic Hoskins), Lauren Lapkus (Vivian), Katie McGrath (Zara)
Pour commander :

Résumé  d’après Allocine.com :

L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

L’avis de JackHarkness : 6/10

Après plusieurs années de reconstruction, le parc Jurassic World est devenu un véritable centre touristique, avec des spectacles extraordinaire et des attractions permettant de côtoyer les dinosaures au plus près. Claire, une jeune femme préférant sa carrière à sa vie de famille, est la directrice du parc. Elle reçoit la visite de ses deux neveux qui sont vite laissés à l’abandon car Claire est accaparée par la nouvelle attraction du centre : celui d’un dinosaure génétiquement modifié dont le but est de terrifier les visiteurs. Mais, ce dernier s’échappe de l’enclos et commence à décimer les touristes.

Lorsque j’ai vu la bande-annonce de ce film, je me suis dit que ce film allait être une pâle copie du 1er film, Jurassic Park, et que j’allais m’ennuyer cruellement. Il en fut rien. Ce film est bon, pas excellent il est vrai, et se laisse regarder avec plaisir.

Les scénaristes ont réussi à faire une histoire dynamique, sympathique et paradoxalement trop simple. Ils sont sus prolonger le récit de Spielberg et les nombreux clins d’œil distillés au courant du film sont plaisants. Un peu trop peut-être. Ces œufs de Pâques, comme on les appelle, ne sont là que pour les puristes et les fans de la première heure.

Si les deux premiers tiers du film, tout semble tenir la route, la dernière partie semble être une sorte de parodie de l’essence même du concept originel : un militaire qui veut tout faire exploser, le héros qui roule des mécaniques, la jeune femme en détresse qui court en talons-aiguilles, même dans la gadoue, le patron philanthrope qui crève rapidement et le scientifique fou qui s’en échappe miraculeusement. Bref, rien de bien transcendantal.

Niveau rythme, on ne va pas se plaindre.  Il n’y a aucun temps mort dans le long métrage avec de nombreux rebondissements, bien que prévisibles pour certains : l’affrontement du méchant dinosaure bourré d’OGM avec les vélociraptors dressés et notre T-Rex d’amour qui débarque à la fin, histoire de nous faire coucou. Je vous épargne la longue liste des incohérences qui jalonnent le film, car sinon nous ne sommes pas couchés.

Niveau acteur, là encore je m’attendais à pire. Chris Pratt et Vincent D’Onofrio ne sont pas à leur maximum, il faut bien l’avouer. On a connu mieux. Quant à Omar Sy, je reste toujours sceptique sur ses talents de jeu dans la langue de Mister Bean. Seuls les deux gamins tirent leur épingle du jeu.

La grande réussite du film repose sur les effets spéciaux. Ils sont juste magnifiques donnant sublimement vie aux dinosaures.

Par contre, et je finirais la dessus : trop de pub et de marchandising tuent les films. Mercedes, Coca Cola, Audi, Starbucks, Samsung, et j’en passe ! Stop ! On regarde un film ou une page de réclame ?

En conclusion, Jurassic World est un film plaisant, voulant allier la nostalgie du premier long-métrage avec la modernité des films d’action de ces dernières années. Un bon film à voir et qui ne prend pas la tête.

Bande-annonce : 

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/jurassic-world-colin-trevorrow/