«

»

Édito de l’été : Vacances, j’oublie tout…

POLY06_359-vacances - Copyright R.Soberka - www.photoway.comLe 21 juin est la date qui a été retenue pour fixer le début de l’été. Pendant près de 12 semaines, nous allons nous prélasser sur des transats, siroter des mojitos ou encore flâner dans les rues.

C’est l’occasion durant cette période propice au repos et à la détente de vider sa PAL (Pile À Lire) et de rattraper en streaming les dernières saisons de ses séries préférées.

Car il faut bien avouer que ces trois mois, au niveau des sorties littéraires et des feuilletons télévisés, ressemblent plus au désert de Gobi qu’aux défilés de la Fashion Week.

Les éditeurs ralentissent le rythme, souvent frénétique, des parutions pour se concentrer sur la fameuse rentrée littéraire. C’est vrai qu’il est plus rentable, pour nous, simples consommateurs, d’acheter une centaine d’ouvrages en septembre avec la cohue des fournitures scolaires que d’échelonner nos emplettes durant l’été. Il est vrai aussi que les livres, les romans ou autres essais ne sont pas noyés dans la masse à la rentrée et ont une formidable visibilité. Baliverne.

Au lieu de nous pondre une liste de publication longue comme le bras et de multiplier les sorties de septembre à mai, il ne vaudrait mieux pas les étaler sur toute l’année avec parcimonie et qualité ? Certes, ce n’est pas comme ça que notre PAL va diminuer, mais elle aura au moins le mérite de ne pas s’élever et de vaciller à sa base, comme la Tour de Pise, à l’approche de l’été.

La télévision n’est en reste dans ce désert médiatique. Les nouveautés se font rares et les rediffusions pullulent tels les boutons d’acné sur le visage d’un adolescent pré-pubère. Mais, cette mentalité commence à évoluer timidement. Plusieurs chaînes TV proposent de plus en plus des shows inédits, allant de la comédie au drame, en passant par les fresques historico-romantiques.

L’avantage de ce No Man’s Land est de pouvoir programmer un marathon d’une série, de s’enfiler les 22 épisodes de la saison passée en moins trois jours et de réitérer le processus jusqu’à épuisement des stocks.

Mais, depuis une petite décennie, celui qui a tout compris, celui qui nous offre des nouveautés pétaradantes, comiques, dramatiques et intellos, c’est le cinéma. L’art des frères Lumière a su saisir cette volonté de films neufs. Il a entendu les suppliques des spectateurs qui veulent s’amuser, se divertir pendant ses vacances. Alors, il sort l’artillerie lourde : des blockbusters américains, des comédies franchouillardes ou encore des longs-métrages arméniens, sous-titrés en serbo-croate ou en hindi, pour les amateurs de branlettes intellectuelles. Merci Monsieur Cinéma de penser à nous !

Moralité, comme dirait le poète :

Vacances, j’oublie tout,

Plus rien à faire du tout,

J’m’envoie en l’air, ça c’est super !

Folie légère.

 

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/edito-de-lete-vacances-joublie-tout/