«

»

Édito d’Avril : Romance et Fantasy, même combat !

man-stop-signIl y a des cris de guerre qui vous font vibrer, qui galvanisent les foules et qui font adhérer. Je ne vous parle pas de la pitoyable tirade de Kristen Stewart dans Blanche-Neige et le Chasseur, qui tend plutôt à nous faire sourire. Je vous parle du cri du cœur de Cassandra O’ Donnell lors de la conférence sur la romance pendant le dernier Salon du Livre de Paris.

Eh oui ! La citation, désormais célèbre, de l’auteure de la saga Rebecca Kean, « J’aime la romance et je vous emmerde ! » est devenue en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le cri de ralliement de toute la communauté adepte du genre.

Cette phrase a pu en choquer certains, mais résume très bien la pensée du moment. Que ce soit en romance ou en Fantasy, le jugement est omniprésent. Pour certains, les lectrices de romance sont traitées de bonnes femmes en manque de sensation, souvent au foyer et frigide. Pour les autres, les lecteurs de Fantasy sont des geeks sans aucune vie sociale passant leurs soirées autour d’un jeu de rôle ou devant leur télé avec la trilogie du Seigneur des Anneaux. Imaginez ceux et celles qui lisent les deux…

Quitte à surprendre les sceptiques, j’ose dire qu’on peut lire du Jim Butcher, du Tolkien, du Charlaine Harris ou du Cassandra O’Donnell et avoir une vie des plus normales, voyager à travers le monde, cuisiner de bons petits plats et avoir des enfants aux prénoms des plus franchouillards, même si on compte plus de Kévin que de Jean-Eudes. Nous ne sommes pas des extraterrestres. Quoique.

Il y a eu des lois sur la liberté d’expression, des mœurs, des femmes, des hommes et d’aimer, mais j’aimerai qu’il y ait une loi sur la liberté de lire. Chacun a le droit de feuilleter un roman d’Amélie Nothomb, un recueil de Charles Baudelaire, un pamphlet de Sophie Jomain, une nouvelle d’Agatha Christie ou un tome de la Confrérie de la Dague noire.

Certains jugent, critiquent, vocifèrent ou insultent les lectures des autres, mais qui ne supportent pas que l’on dise du mal de leur auteur ou de leur saga préféré.

Méditez la citation de George Bernard Shaw : « Ne fais pas à autrui ce que tu voudrais qu’il te fît, car il se peut que vous n’ayez pas les mêmes goûts ».

Retrouvez- nous sur Facebook et sur Twitter. Devenez fan de notre page et suivez-nous sur le petit oiseau bleu…

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/edito-davril-romance-et-fantasy-meme-combat/