«

»

Drek Carter, Tome1 : Cupidon Mortel, Thomas Andrew

CUPIDON MORTELTitre : Cupidon Mortel
Saga : Drek Carter
N° du tome : 1
Auteur : Thomas Andrew
Date de Sortie : 25 février 2015
Editeur : J’ai lu
Genre : Urban-fantasy ; policier fantastique
Pour qui : Tout public
Pour commander : Version Papier

Résumé :

« J’ai eu beau tourner plusieurs fois la question dans tous les sens, je ne vois pas comment vous l’annoncer donc je ne vais pas y aller par quatre chemins : je suis un fantôme. Oui, c’est cela, un Casper qui hante les rues de New York.

Comment en suis-je arrivé là ? Eh bien, si une sombre histoire de meurtres, de sorciers, de vampires et de loup-garou ne vous effraie pas, laissez-moi vous raconter.

Tout commence le 14 février. Ironique, non ?

Le jour de ma mort.

Sérieusement… Qui parle de repos éternel ? Certainement pas moi ! »

Note moyenne : 7,5 /10

L’avis de Calim : 7 / 10

Ma première impression de ce roman m’est venue de la couverture, car je la trouve juste magnifique ! Elle a un petit côté sombre et intrigant, avec cet ange qui se cache la bouche, comme pour s’empêcher de crier ? De rire ? Ou de révéler un secret ?

Ensuite, j’avoue que le résumé m’a intrigué : un fantôme… Ça peut être sympa et changer des héros habituellement vampire, loup-garou ou démon : les ectoplasmes étant souvent relégués en arrière-plan, juste bons à mettre en valeur les créatures habituelles de la bit-lit.

La mort Drek Carter l’a rendu un tantinet nombriliste, mais bon, c’est aussi ce qui fait le charme de ce récit à la première personne. En effet, notre médecin-légiste rumine : mourir un 14 février alors qu’on file le parfait amour, avouez que c’est ballot et que ça a de quoi rendre un peu ronchon ! Pourtant, le pire reste à venir, puisque notre jeune ami se retrouve coincer entre deux mondes, incapable de disparaitre une bonne fois pour toutes pour profiter d’une éternité bien méritée. Agaçant, non ?

Le style de Thomas Andrew est moderne et on se laisse facilement entrainer par ce récit où l’humour et l’action se côtoient. L’énigme policière est plutôt bien menée et les rebondissements permettent de soutenir le rythme de cette aventure. Au fil des pages, on retrouve le bestiaire traditionnel de la bit-lit et cela entérine le monde fantastique que Thomas nous dépeint.

Les personnages sont comme dans la vraie vie : pas totalement gentils, pas forcément honnêtes, ni totalement infréquentables. Les apparences se révèlent trompeuses et on finit par ne plus regarder son voisin de palier de la même façon. Que cache-t-il sous ses traits joviaux ? Et la jolie serveuse n’est-elle pas en réalité une horrible créature ? Bref, les découvertes que Drek fait en enquêtant sur sa mort nous font douter même de nos amis…

J’ai beaucoup apprécié ce roman, même si certaines attitudes de Drek m’ont parfois passablement agacé. J’ai ri en lisant la page 220 et je vous laisserai le plaisir de chercher pourquoi ! 😉

Pour conclure, je vous dirai simplement que j’ai passé un bon moment en compagnie de Monsieur Carter et que le cliffhanger du dernier paragraphe me laisse dans l’expectative d’une suite rapide.

L’avis de louisGray : 8 / 10

Si j’ai voulu lire le roman, c’était en grande partie pour la magnifique couverture signée Alexandra V Bach. Puis le résumé est arrivé et mon intérêt n’en a que plus gagné en intensité.

Et je dois avouer que je n’ai pas été déçu. Ce n’est pas un coup de cœur, disons le tout de suite, mais tout – du style à l’histoire – est fait pour plaire. Drek, le fantôme, a tout pour vous faire passer un bon moment : une fin peu enviable, un humour, un sens de l’auto dérision savoureux et un je-ne-sais-quoi qui vous empêche de refermer le roman.

J’ai été immédiatement happé par l’histoire, pas vraiment par ce qu’elle racontait mais par le style de l’auteur car l’histoire met un peu de temps, à mon sens, à commencer. Ceci étant dit, je ne cache pas qu’il m’est arrivé d’exploser de rire devant l’ironie du personnage.

Tous les ingrédients sont réunis ici.  Réellement. De l’amour… de l’humour, une intrigue intéressante, des références connues de tous – un peu trop, ce serait peut-être ma seule remarque négative… bien que cela n’en soit pas vraiment une.

Si je ne partais pas avec un apriori particulier, j’ai été agréablement surpris par le roman. Je n’hésiterai pas une seconde à tenter le second tome quand cela sera possible et j’espère prendre autant de plaisir. Et surtout d’avoir les réponses de cette fin…

Si je ne mets pas la note maximale, nous n’en passons pas vraiment loin. C’est simplement, que cela ne fut pas non plus la lecture mémorable que j’espère toujours. Pourtant, si je n’ai qu’un seul conseil à vous soumettre, ce serait celui-ci : courrez chez votre libraire, fnac, Amazon (peu importe où vous l’achetez) et embarquez-le chez vous ! Drek Carter… ça vaut le coup !

Pour lire les deux premiers chapitres, cliquer ici.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/drek-carter-tome1-cupidon-mortel-thomas-andrew/