«

»

Dracula, Coppola

Dracula

Titre: Dracula
Titre en VO: Bram Stoker’s Dracula
Réalisateur: Francis Ford Coppola
Date de sortie: 13/01/1993
Genre: Fantastique, Drame, Aventure
Note: Interdit au moins de 12ans
Pour commander (Amazon) : ici

 

Résumé:
En 1492, le prince Vlad Dracul, revenant de combattre les armées turques, trouve sa fiancée suicidée. Fou de douleur, il défie Dieu, et devient le comte Dracula, vampire de son état. Quatre cents ans plus tard, désireux de quitter la Transylvanie pour s’établir en Angleterre, il fait appel à Jonathan Harker, clerc de notaire et fiancé de la jolie Mina Murray. La jeune fille est le sosie d’Elisabeta, l’amour ancestral du comte…

 

 

L’avis dr Dr.M:
S’il y a un livre qui est remarquablement adapté, c’est sans doute celui-ci ! Tout dans ce film semble être fait pour que tout le monde adhère : les acteurs sont convaincants, et les effets spéciaux bien réalisés (notamment les transformations en loup ou en gargouille).

La touche excentrique, somptueuse est présente dès le début du film où sont racontées les origines du plus célèbre des contes roumains. Une bataille avec un jeu d’ombre, qui fait penser à Karusawa, nous montre la brutalité et le caractère sanglant de Vlad. Un homme prêt à tout pour sauver sa bien-aimée Élisabeth, qui finira par signer un pacte avec le diable pour vivre éternellement.

Le mythe est revisité avec un mélange d’humilité et d’audace qui en fin de compte paie, puisque ce film est considéré comme un « must see » des fans de vampires. Dracula est un personnage très ancré dans l’imaginaire collectif, mais Gary Oldman a réussi à nous donner une autre image de ce personnage. Il est à la fois puissant, mais il fait preuve d’une grande sensibilité. C’est le premier qu’on peut voir pleurer et pencher vers son côté humain.

L’atmosphère du château de Dracula est prenante, terrifiante, étrange, les lois de la gravité y sont déjouées, et on s’y sent vite prisonnier. C’est ce que le personnage de Keanu Reeves ressent lorsqu’il rentre dans le château.
L’histoire d’amour est ce qui fait la différence dans cette version de Dracula. Le vampire nous est présenté comme un monstre, mais aussi comme humain. En revanche le Dr Van Helsing apparait comme presque fou dans son obsession de tuer son ennemi juré.

L’esthétique du film est magique et déconcertante. Pour preuve le subtil mélange entre les scènes de mariage et de meurtres crée un paradoxe religieux-démoniaque.

Un autre aspect de ce film est sa forte teneur sexuelle, qui a causé les coups principaux par la censure. Dracula est, comme toujours, une créature sexuelle, avec sa garde-robe presque exclusivement rouge. C’est ce qui modernise le roman de Stoker qui répondait aux critères moraux de l’époque victorienne au moment de son écriture.
Ce film est un chef-d’œuvre !

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/dracula-coppola/