«

»

Captain Swing et les Pirates électriques de Cindery Island, Warren Ellis & Raulo Caceres

Titre: Captain Swing et les Pirates électriques de Cindery Island
Titre en VO: Captain Swing
Auteur: Warren Ellis / Raulo Caceres
Date de sortie: 17/02/2012
Éditeur: Milady Graphics
Genre: Comics / Steampuck
Pour qui: Adultes

Résumé:

Londres, 1830. Le jeune flic Charlie Gravel ne cesse d’être témoin de choses qu’il ne devrait pas voir : un navire volant, des pirates armés d’étranges artefacts électrique… et un capitaine qui nargue la police. Un révolutionnaire qui défie le la loi pour remettre au peuple la science et ses miracles et les libérer du joug des puissants. Dans les rues, on murmure le nom de Spring-Heeled Jack…
Mais il préfère qu’on l’appelle Captain Swing.
Voici son histoire.

L’avis de JackHarkness :

Il y a des moments dans la vie où il faut se révolter, contre l’oppresseur quand on est envahi ou contre le pouvoir en place quand il y a des injustices. Captain Swing fait partie de la seconde catégorie. Historiquement, c’est le dirigeant mythique d’une révolte d’ouvriers agricoles en Angleterre en 1830, appelés les Swing Riots. Cet insurrection révolte s’est répandue dans le pays entier et a duré plusieurs mois.

Warren Ellis décida d’en faire un héros de Comics avec l’aide de Raulo Caceres pour les dessins dans une aventure s’intitulant Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island.

1830. Un policier prénommé Charlie Gravel est  témoin de choses extraordinaires dans les rues de Londres : un navire volant, des pirates armés d’étranges artefacts électrique… et un capitaine qui nargue la police et les hauts dirigeants victoriens en défiant les lois de la physique.

Je ne vais pas commencer par vous parler des dessins, ce serait tellement attendu pour un comics que je vais d’abord m’attaquer à l’histoire.

Elle est plutôt plaisante, facilement compréhensible avec un énorme rebondissement vers la fin du comics et surtout il y a de l’action. La psychologie des personnages est bien travaillée : une pirate sexy mais bourrue, un capitaine sympathique mais révolutionnaire, un flic cartésien et professionnel qui se rallie à la cause des Pirates Electriques.

Les dessins  sont assez noirs. Déjà, pour faire contraste avec les éclairs bleus et blanchâtres. La mise en couleur est parfaite. Le mélange roman-dessin est appréciable. Ce côté dark ressort par une impression d’angoisse et de suspense dans ces 128 pages. Le trait est bien fait, rond, pas trop appuyé, assez fluide. Les scènes de violence sont assez réalistes et très bien croquées.

Je vous conseille de lire ce comics chez vous, pas dans un métro, où des yeux innocents peuvent se balader.

Un excellent comics steampuck captivant qui nous réconcilie avec le genre.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/captain-swing-et-les-pirates-electriques-de-cindery-island-warren-ellis-raulo-caceres/