«

»

Bordemarge, Emmanuelle Nuncq

Titre: Bordemarge
Saga: Bordemarge
Nº du tome :1
Auteur: Emmanuelle Nuncq
Date de sortie: 13/04/2012
Éditeur: Castelmore
Genre: Young Adult
Pour qui: À partir de 10 ans

 

Résumé:
Un mousquetaire rebelle quitte le château de Bordemarge au galop. Après avoir fomenté un coup d’État, Le duc Silas a lancé ses troupes de pirates sur les traces de Roxane, l’héritière légitime du trône, qui a réussi à s’enfuir. Violette, bibliothécaire déprimée, aurait adoré lire ce genre d aventures rocambolesques. Aussi, le jour où, pour échapper à ses ennemis, Roxane traverse un tableau magique qui donne sur le monde réel et envoie Violette à sa place à Bordemarge, cet échange est l’occasion rêvée pour la bibliothécaire de troquer son quotidien contre des péripéties incroyables. Saura-t-elle déjouer les plans de l’infâme Silas ? Une chose est sûre : à Bordemarge, tout est possible, il suffit de le vouloir !

L’avis de Dr M :
On suit Violette, une bibliothécaire un peu aigrie de la vie, qui voit son quotidien bouleversé lorsque quelqu’un lui tombe dessus, lui demande d’échanger ses vêtements avec elle, et se retrouve dans un monde totalement inconnu.

Le spitch a tout pour plaire. Mais, je n’ai absolument pas accroché avec ce livre.

Ensuite l’auteure souffle le chaud et le froid sans arrêt. Elle nous invite dans son monde, mais ne nous laisse pas rentrer dedans. Il y a plusieurs passages, ou je me suis senti exclu.

L’exclusion du monde de l’auteure se fait sentir par différentes façons :
— Il y a le vocabulaire. Le livre est censé être pour les ados, et il y a de nombreux mots obscurs : soit parce qu’ils sont désuets, soit parce qu’on ne comprend pas, car le contexte n’aide absolument pas. Une petite note en bas de page aurait été appréciable. Alors oui, le vocabulaire culte n’est pas utilisé sans raison, mais l’auteure vit de nos jours. Donc une « adaptation » aurait facilité la lecture.
Quelques exemples ? « norroise », « inique », « estourbir », etc.
— Le monde dans lequel évoluent ses personnages n’est pas facile à comprendre. C’est un roman de capes et d’épée, mais il y a des outils très technologiques. Prenons le cas du « svadilfari » par exemple. C’est une invention qui sert à soulever des poids. Il ressemble à une tour d’ordinateur désossé, nous dit l’auteur. Pourtant Christian l’enfile sur son dos comme un sac à dos. Alors soit ma tour d’ordinateur est étrange, soit je ne comprends pas à quoi ça ressemble.
— Des mots en russe que les personnages semblent comprendre. Sauf que les lecteurs non russophones s’interrogent sur la signification de mots ou phrases échangés par Violette et Khaltourine.

Les personnages ne sont pas très attachants. Violette est une bibliothécaire aigrie et déprimée. On a envie de la secouer dans tous les sens pour qu’elle se réveille et se bouge… Christian, le meilleur ami de Violette, n’est pas cernable. Je pensais qu’il était gay, mais en fait non. Roxanne, la princesse rebelle… je n’ai pas vraiment compris son parcours, elle s’enfuit pour revenir… bref un mystère. Khaltourine est l’extraterrestre du roman. C’est un pirate russe qui finira par avoir une conscience.

La chose qui m’a le plus dérangée, c’est que dès le prologue, j’avais imaginé dans les grandes lignes la suite du roman. Il n’y a donc eu aucune surprise.

La trame en elle-même est très simple. Le roman se destine à un très jeune public. Mais étant donné les difficultés langagières que j’ai rencontrées, je pense que beaucoup vont laisser le livre pour quelque chose de plus facile.

Il y a de nombreuses références dans ce roman pour les adultes.

La fin n’est pas en adéquations avec le roman. C’est écrit façon script avec générique et bêtisier de fin. Pour moi, cet élément aurait dû être présent dès les premières pages.

Ce premier roman francophone n’est pas un succès pour moi, mais, plutôt une grosse déception. Car Barbara de Castelmore m’en avait tellement parlé que je m’attendais à un savoureux mélange entre « Les 3 Mousquetaires » d’Alexandre Dumas et « Princess Bride» de William Goldman. Ce n’est pas ce que j’ai lu.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/bordermarge-emmanuelle-nuncq/