«

»

Anges d’Apocalypse, Tome 3 , La Discorde des Aurores, Stéphane Soutoul

anges-d-apocalypse,-tome-3---la-discorde-des-aurores-stephane soutoulTitre : La Discorde des Aurores
Saga : Anges d’Apocalypse
N° du tome : 3
Auteur : Stéphane Soutoul
Date de sortie : 24/03/14
Editeur : Rebelle Edition
Genre : Bit-lit/ Urban-Fantasy
Pour qui : Tout public
Pour commander : Kindle Broché

Résumé:

Lycéenne le jour, garde du corps la nuit : la combinaison explosive pour cumuler les problèmes.
Le temps des menaces assombrit le ciel de Toronto… Aidés par une horde de zombies, les vampires de la ville sont résolus à anéantir les sorciers en assiégeant leur palais réputé imprenable. Sauf qu’un traître s’est infiltré au cœur même de la Cour afin d’en neutraliser les défenses, piégeant ainsi une centaine d’occupants. Je vous le donne en mille : comme d’habitude, me voilà parachutée en première ligne de la bagarre.
Samantha, mon identité humaine, se trouve aussi dans le pétrin jusqu’au cou. Nathan est plus que jamais torturé par l’influence du démon qui le possède tandis qu’Ève m’en fait voir de toutes les couleurs. Sans parler des sentiments qui s’épanouissent en moi pour un homme que je devrais fuir comme la peste. Une attirance qui pourrait bien faire voler en éclats l’entente fragile qui me lie à mes sœurs…
À croire que les amours d’un cavalier de l’apocalypse sont tout sauf simples.

Avis de LLyza 8/10:

Ah Syldia et son caractère de cochon m’avaient manqué !
J’affectionne beaucoup cette saga, c’est un petit bijou comme il n’y en a peu. Elle ne ressemble à aucune autre dans le genre et ne me laisse jamais indifférente. La première chose qui attire est bien évidemment les couvertures, et cet opus ne déroge pas à la règle. Miesis a encore fait des merveilles, elle est juste sublime notre cavalière Famine ! Ensuite, il y a les quatrièmes qui intriguent, une âme — deux corps — deux identités avec lesquels il faut jongler et qui influencent l’histoire.

Syldia, je crois que c’est le chat noir de l’urban Fantasy… franchement autant attirer les ennuis, c’est juste pas possible ! Qu’elle soit dans le corps d’une lycéenne ou de la trentenaire blonde qu’elle est, tous les mecs qu’elle rencontre finissent par lui attirer des ennuies, à la fuir… voir les deux. Nathan depuis le premier tome, a toujours son “léger” souci de démon à gérer, elle est encore à la recherche de Darion son ancien associé qui l’a trahi, Desmond n’est jamais loin pour les coups fourrés et Nolhan, bah c’est Nolhan… — Elle a la poisse, je vous le dis.

Elle elle est à des années-lumière de ces héroïnes de bit-lit aux moeurs légères, elle n’est pas là à se jeter dans les bras du premier « regard de braise » qui passerait, mais on prend bien conscience que cette longue vie, seule, la touche. Au vu des circonstances, son ex-petit ami Tadeus, accessoirement un sorcier très puissant, lui a jeté cette malédiction qui la pousse à changer de corps à l’aube, il y a de quoi freiner les envies. Puis, ce n’est pas comme si elle avait le temps pour ça, elle ne s’arrête jamais et ne dort plus depuis bien longtemps. Depuis la malédiction en faite. Si on y regarde de plus près, ce tome 3 se passe finalement beaucoup à huit clos, mais grâce au jeu de double identité, l’impression de trop tourner en rond est quasi inexistante. Ce qui nous donne un tome assez badass où l’action est bien présente et où il fait bon, poutrer du zombie. — Sortez vos battes, vos poêles… ça fera l’affaire.

Ce tome se révèle bien plus mordant que les précédents, finit la Syldia à toujours hésiter et se poser moult questions existentielles. Oh. Elle n’a pas fini sa transition, loin de là, je dirais même qu’il s’agit du tome où tout bascule. Elle semble assagie et savoir plus ou moins ce qu’elle ressent pour chacun des êtres qui partagent sa vie. Elle a un sacré tempérament et plus d’une fois on sourit bêtement à ses réparties. Oui, elle est du genre à taper d’abord, et à poser les questions après, bien que dans ce tome, plus d’une fois elle s’est montrée raisonnable. — Le changement, c’est maintenant ?

La grosse force de cette saga est son univers travaillé, son background où l’on s’imagine pleinement se balader dans les rues de Toronto, les créatures mystiques et légendaires qu’on côtoierait. Mais il y a aussi, et surtout, des personnages secondaires attachants : les frangines (les autres Anges d’Apocalypse), Desmond, Nathan, sa famille humaine…Nolhan fait quelques apparitions et je dois dire que ç’a m’embête qu’elle s’entiche de lui dans ce tome alors qu’ils n’ont eu quasi aucune interaction tous les deux… les précédents certes, mais pas dans celui-là, il n’y a donc pas beaucoup de raisons visibles pour qu’elle puisse s’intéresser à lui. Même si à mes yeux, c’est Ze personnage masculin, qu’on se le dise ! — Je rappelle qu’il s’agit du mec de sa frangine, Guerre. J’dis ça, j’dis rien.
Les petits défauts qui pouvaient en déranger certains ont été gommés, il n’y a plus ses répétitions dont certains n’étaient pas fan. La plume est toujours fluide et soignée, mais elle se fait moins hésitante, elle évolue dans le bon sens. Beaucoup de choses inattendues dans ce #3 qu’on n’avait pas forcément envisagé, Stéphane Soutoul n’a pas vraiment fini de nous surprendre ! Nous voilà donc au milieu de la saga, trois autres tomes nous attendent et au vu de la fin qu’on a, ça promet ! Un tournant vient de s’amorcer où le premier cycle vient de clore et laisse présager une suite encore plus mouvementée pour notre très cher Ange.

Lien Permanent pour cet article : http://fantasy-gate.fr/site/anges-dapocalypse-tome-3-la-discorde-des-aurores-stephane-soutoul/